fin de règne

La lumière est sombre depuis des jours, les t° battent leurs records, l’ombre erre sur la table d’orientation, les pensées noires perdent leur fil, leur liturgie hiberne, le labyrinthe est éventré. Il s’ensuit que plus rien n’est vraiment drôle, sauf les rares éclats de rires, plus inattendus. La réactivité des capteurs des réverbères est ralentie, l’éclipse perd quelques secondes de lumière.

la nuit des capteurs

l’icône licorne

 

Les daguerréotypes embaument les utopies – boulevards et maisons vides, corps en mouvement, corps laissés allés, grenier tout installé. Longue pause, pause exclusive, lumière hors temps fixe l’instant, poids de l’immuable jamais vu.

Et puis d’une trace d’aube pâle, le reflet, la dorure des nuits. La fenêtre refermée, temps ramassé des souvenirs jamais eus, l’ombre éclairée, temps parallèle sans orientation fixe, pari sur des jeux faits depuis longtemps. Accélérer le dénouement.

 

 

fosse de verre

Temps libre confiné aux zoos, aux musées, parcs d’attractions & à thèmes, cirques, à la télévision. À table à l’ombre du parasol, basse-cour d’enfance, la journée qui passe, reconversion sans âge, flèche du temps esseulée. J’étais sans voix, cet ours, ce selfie man. Tête hors manège, à moitié coincée, manquée, dans une relation double, tête loin de tout plus loin encore si m’approchant, corps vertical à l’équilibre à peine, taré du poids d’une tête lourde, le suicide récent d’un ami, des portes multiples fermées aux corridors de l’ombre, l’épaisseur d’âme en peau de chagrin.

brèche dans le brouillard

Mark Corne, Chongqing, Chine
Nous rêvons que nous festoyons; l’aube venue, nous pleurons – Tchouang-tseu

L’architecte a des colères qui font vibrer les lustres au-dessus des tables, dans la pénombre la fumée bascule. L’empereur, l’architecte, l’ivrogne moderne hisse désormais des ruines, lentement, lentement, sans aucune main pour désensevelir.

Une gare désaffectée que l’attente a aménagée en temple de l’oubli. Des dépliants touristiques post-exotiques gorgés d’eau. Un horizon sans ligne à perte de vue. Des tunnels d’autoroute ou s’enfoncer à la tombée du jour, tunnels à ciel ouvert pour éclairer la nuit. Égaré dans la vitesse, disparu des caméras, perdus dans des zones spécialisées qui nous y ont conduits, les terrains vagues, les bruits urbains divisés fondus aux animaux furtifs qui les traversent, qui ont existé, un ensemble de savoirs où quelques brins encore vivants dans le désordre le plus complet, alléchants, révulsants, glissent dans une forêt impénétrable, sans image, du seul sol qui tienne.