Jean Vigo l’admirable

A Propos De Nice (1930)

 La Natation (1931)

.</p> Zéro de conduite (1933) (ou )
L’atalante (1934)

« Dans une image, certaines parties sont visibles, d’autres non, les parties visibles rendent les autres invisibles, il s’installe un rythme de l’émergence du secret, une ligne de flottaison de l’imaginaire » Jean Baudrillard – L’Autre par lui-même, Habilitation (Galilée, coll. « Débats »)

 

ligatures &

«  l’écriture de Gilberte consistait principalement, quand elle écrivait une ligne, à faire figurer dans la ligne supérieure les barres des t qui avaient l’air de souligner les mots ou les points sur les i qui avaient l’air d’interrompre les phrases de la ligne d’au-dessus, et en revanche à intercaler dans la ligne d’au-dessous les queues et arabesques des mots qui leur étaient superposés,  » Proust, A la Recherche du temps perdu, La Fugitive, p. 656

Gyorgy Kurtag -Ligatura – Message To Frances-Marie (The Answered Unanswered Question), Op.31/b–   (violoncelle solo à deux archets)
Vitamines: A la recherche du temps perdu (sur une seule page) 

la Femme 100 Têtes

« Demandez à ce singe : Qui est la femme 100 têtes ? À la manière des Pères de l’Église il vous répondra : Il me suffit de regarder la femme 100 têtes, et je le sais. Il suffit que vous me demandiez une explication, et je ne le sais plus » ( Max Ernst,  La Femme 100 têtes, Éditions du Carrefour, 1929, planche 146).

.

Adaptation cinématographique d’Éric Duvivier, en 1967, à partir des collages que Max Ernst a réuni sous le volume « La Femme 100 Têtes » (1929).
La voix off récite les ritournelles ramassées en légendes prises au vol que Max Ernst donne à ses images ; comme un interrupteur qu’on actionne pour découvrir la pièce, ou pour d’autres, afin de s’assurer qu’effectivement il fait bien jour.
L'immaculée conception manquée

« (…) la même pour la deuxième et la troisième fois manquée. Le paysage change trois fois. Le paysage change trois fois! le paysage change trois fois (….)
le ciel se découvre deux fois, le ciel se découvre deux fois.
L’immaculée conception ». 

.

et la troisième fois manqué
(…)  

________________________________________________________________________________________

Ici sur poul web art blog autre bouquin de collage de M. Ernst, publié 4 ans plus tard, « une Semaine de Bonté ».

Het Joodse bruidje, « La Grande Mariée juive » – ou « Esther » ou « Minerve » ou « Une sibylle » ou « Saskia »

*
Saskia, sa femme, mourut jeune, en 1642, l’année même où Rembrandt peint la Ronde de nuit. 
Rembrandt, Het Joodse bruidje – 1667

Terre d’homme, au ciel des consolations de n’y rien voir, plutôt d’une hauteur de chien, la pièce, une véranda de pierres, les visages, le port des têtes, les têtes suspendues, le foyer de l’ombre, l’oeil corps à incandescence, à deux mains qui se touchent, deux autres bercées, le sol est un plateau, trois mains ensemble, basculent, la main d’en bas, du milieu, la première, feuille se donne, la mort l’amour côtoient, l’axe est d’autre chose, l’insouciance sauve le malencontreux, les maladresses tellement aveugles, la lumière bruisse.

*
Série Eau forte, son père-  « Vieillard chauve de profil, tourné vers la droite »

2