Fernando António Nogueira Pessoa, Bourvil et Cl. Rosset

__

« … Parce que penser, c’est ne pas comprendre…

Le monde ne s’est pas fait pour que nous pensions à lui

(Penser c’est être dérangé des yeux)

Mais pour que nous le regardions et en tombions d’accord… »

Fernando António Nogueira Pessoa, Le Gardeur de troupeaux, II.

_

(…) Moi j’aime les arbres parce qu’ils sont arbres, sans ma pensée (…)

Fernando António Nogueira Pessoa, Poèmes désassemblés

________________________________________________

La casquette et le cache-col d’André Raimbourg, natif de Bourville, alias Bourvil

L’idée philosophe de clément rosset

Répondre à Fernando António Nogueira Pessoa, Bourvil et Cl. Rosset

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s