___________ #7

je perpétuais la grande grande faute, je m’effondrais en pleurs, je ne m’enterrais pas vivant, la tristesse accourait m’offrir secours, je ramassais dans la fange des miettes de sacré, en lourde attente je relevais la tête, aux chutes lyriques fugaces, aux illusions du commencement

(3 commentaires)

  1. Alors qu’il fait un si beau jour de plage ! Ah que les vagues sont merveilleuses, aujourd’hui.
    Le sable, lui, se moque des ceux qui s’obstinent à le piétiner… Ride-eau !

    1. « Misérable, éphémère, de passage, bien peu de chose certainement ; je constate néanmoins qu’il faut tout un océan pour effacer la trace de mon pied sur le sable. » (Chevilard).
      fayçal, votre activité sur le net ?

Répondre à fayçal Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.