SANS SUITE XVII

 

 

La mauvaise herbe s’élève d’une plongée si longue qu’elle s’immobilise, se pigmente penchée à fleur de lumière. Les espèces persistent à traverser leur origine, à torsader le temps.

*

Sous l’eau la lumière efface le bleu, il y a du vent, ses yeux mi-clos et des torrents.

*

L’étoile de mer, dans un bocal, tête renversée, évadée dans cette nuit sans lune.

*

Dans la chambre par la fenêtre le soleil assombri.

*

Chagrin, il y a encore du linge à laver dans les limbes.

*

Détaché, comme absent, ou toujours avec un temps de retard, suffoqué, seul l’orage qui déroute, hors de lui, tout le monde fuit.

*

Paravent à la fatigue, aux nuages sombres, lesquels s’échappent, tourbillonnent, menacent de retomber, de s’engouffrer, de le souffler de l’intérieur. Un petit démon s’offre, s’entretient, prenant tout à sa charge.

Une réponse à SANS SUITE XVII

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s