nouer l’oubli

Chaque matin c’est un autre que soi rassemblé dans ce corps. La trace légère des corps anciens cumulés y prend sa place vague, une poussière flotte dans un oeil de jade. Des matins difficiles à prendre conscience passent, et là debout bien avant le jour, un message m’ayant pressé d’écrire, décidé à faire quelques pas dans le jardin, la grande gueule de la mer soufflant à l’horizon, la nuit en suspens. Rattrapé par la journée d’hier qui n’était pas finie, et ses ombres errantes creusant la nuit, la coupe blanche des rêves qui la renouvelle renversée, vide. Cruelle pensée alors qu’une vie entière soit une seule et même inlassable journée, fenêtre dans le cachot du monde.

masao yamamoto

Répondre à nouer l’oubli

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s