hommitude

La terre grasse, le sable rouge, ce plaisir difficile à contenir, à suivre la fuite des poulets décapités, et puisque rien est vain sous nos ombrelles, l’émotion sémillante condescend à se voir appréciée des esclaves tout de plumes accourus, venant les rapporter. Nous ne sommes pas des bêtes. On ne demande rien et tout est parfait. L’homme se fait homme en tuant une première fois son semblable, pour lui donner une chance, et s’il n’a toujours pas compris le tue une seconde fois, offrande au corps divin sans l’encombre du verbe. 

Robert Capa  Stalingrad 1947

Une réponse à hommitude

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s