pour d’autres raisons

Hiver à Stalingrad, 1943, les jours instables et retours d'insomnies

jours instables et retour d’insomnies

Comment s’étendre le lendemain sur une idée dont on s’était occupé la veille ? — Après n’importe quelle nuit, on n’est plus le même, et c’est tricher que de jouer la farce de la continuité. — Le fragment, genre décevant sans doute, bien que seul honnête.  (Cioran, Écartèlement, Œuvres, Gal. coll. « Quarto » p. 1495.)

« Pourquoi des fragments ? » me reprochait ce jeune philosophe. — « Par paresse, par frivolité, par dégoût, mais aussi pour d’autres raisons… » — Et comme je n’en trouvais aucune, je me lançai dans des explications prolixes qui lui parurent sérieuses et qui finirent par le convaincre.  (Cioran, Aveux et anathèmes, Œuvres, Gal. coll. « Quarto »p. 1723)

Répondre à pour d’autres raisons

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s