interlude

la ville quand il pleut laisse derrière elle un brouillard où sonne un bord de mer. des parachutes piqués de banderilles, de pompons multicolores animent les rivages gris. la boucle alimentaire primesautière recycle les coquilles vides en boite à musique, la valse mouchetée aux xylophones et carillons cristallins de Bonobo t’envapent de barbe à papa. tu sors de l’histoire bouchère avec un tuba de survie augmentée, inerte.

Répondre à interlude

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s