piège

Avantage au capitalisme qu’il y ait encore un peu de reste sur l’île de l’illusion, dans l’attente pleine de bonheur de la finale, du dernier feux d’artifice. Dans la même merde accusant l’autre de nous devancer. Le monstre grossit comme un Zeppelin en même temps que le désert où le vent se renforce, nous tendons au miracle ! Quand la mer était l’appartenance des dieux, elle inventait, selon les effets du destin, la fatalité et la force de l’irrationnel que d’un miroir on croyait lire, amadouer, honorer. On crucifiait des marins, le miroir faisait moins peur. On craignait de quel coté qui du mal ou du bien nous prenait. Plus démunis, plus éparpillés, alors plus expéditifs – le choix d’un dieu rendait méthodique, plus moral, laborieux, donc impitoyable. On allait à l’église le dimanche, le monde était-il plus vaste, on écoutait une langue figée de n’avoir pas de sol, une tête vide erre dans les grillages des souterrains, des voix si douces et leur haine froide.

Will McBride, Berlin , 1956

2 réponses à piège

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s