Vera Soboleff poses on dead whale, near Killisnoo. ca. 1896-1920.  Vincent I. Soboleff 09-39-10

Parfois, quand je n’arrive pas à dormir, je me dis mon Dieu, vous nous avez donné les forêts immenses, les plaines sans limite, les horizons sans fond, et nous, qui vivons là, c’est des géants que nous devrions être. TCHEKHOV, La Cerisaie, acte II.

un commentaire

  1. Personnellement j’ai connu beaucoup de femmes requin,
    très tôt, on leur avait inculqué l’amour du prochain,
    au sommet de leur art, elles trouvaient exquis le vagin,
    c’était une idée romantique qui depuis m’a confondu,
    au bord du chemin.

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.