air d’hier

Les pierres sont taillées, les murs sont écroulés, le ciment est au vent. Les branches que l’on coupe, tous les arbres sont secs, si tout se passe bien les dernières forêts brûleront quelques hivers. Les journaux du jour tournent la rouille blanche, livreurs d’un air du temps qui excuse demain de n’avoir jamais su, les bourreaux affutent le silence. Pas besoin de vitesse, la lune s’éloigne encore.

Une réponse à air d’hier

  1. M.L.

    C’est la chanson qu’on écoutait ici avant que le bruit d’une vieille perceuse ne vienne couvrir la musique.

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s