arbres

Car nous sommes comme les troncs d’arbre dans la neige. Apparemment ils sont posés là, bien lisses, et l’on devrait pouvoir les écarter en donnant juste une chiquenaude. Non, on ne peut pas, car ils sont fermement rattachés au sol. Mais regarde, même ça est apparence.  Franz Kafka _ Sept.-Déc. 1907 (Trad. Laurent Margantin)

2 réponses à arbres

  1. Ces hommes debout tellement fragiles
    Comme les croix d’un long cimetière
    Depuis des siècles immobiles
    Prisonniers d’un jardin de terre
    Ce sont des fantômes admirables
    Les arbres

    • roma – Auteur

      ils sortent déjà, marchent avec l’ours, avec les brebis, les vaches lâchées, bientôt aux ombres du repos des montagnes, dans les cailloux et les sources. sacrés fantômes en ce moment, je finis « la symphonie des spectres » (John Gardner) je tombe là-dessus aujourd’hui, votre texte, et ma maison avec des craquements de je ne sais quoi

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s