colle fraîche

« En tant que copiste, Bartleby appartient à une constellation littéraire dont l’étoile polaire est Akaki Akakiévitch (là, dans ces recopiages, le monde était pour lui, en quelque sorte, enfermé tout entier… certaines lettres étaient ses favorites, et, quand il y arrivait, il perdait tout à fait la tête (*)» en son centre se trouvent les deux astres jumeaux Bouvard et Pécuchet (« bonne idée nourrie en secret par chacun d’eux… : copier »), et, à l’autre extrémité, brillent les lumières blanches de Simon Tanner (je suis copiste» qui est la seule identité qu’il revendique) et du prince Mychkine, qui peut reproduire sans effort n’importe quelle calligraphie. Un peu plus loin, telle une brève cohorte d’astéroïdes, les greffiers anonymes kafkaïens. » Giorgio Agamben, Bartleby ou la création, p. 11 (Belval, Circé, 1995).                              (*) Le manteau, Nicolas Gogol

Répondre à colle fraîche

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s