disparition

D’une rotation sur lui-même il s’affaissa, avec la bénédiction des genoux qui divisa la chute par deux, ce que personne ne remarqua. On le crut mort, on l’enterra pendant qu’il se réveillait dans les ruines d’un hôtel incas, s’émerveillant des touffes d’herbe desséchées affleurant sous une roche effritée. L’ombre d’un papillon jaune sur son front grandissait tout en s’éloignant, chaude et soyeuse, grandissait jusqu’à disparaître.

Répondre à disparition

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s