tour de brume

Brouillard épais encore à 2000 mètres sur le plateau, pas vraiment froid encore, la brume chuchotait sa pluie invisible, trempé jusqu’à la peau, les gens d’ici disent autrement, que la brume pisse, les yeux qu’ouvrent l’aveugle sont doux —–Profondeur et bords sont lumière de loin en loin, la vision est double, l’ouverture d’un dôme étourdit. En redescendant les feuilles tombent, sonores comme à la montée. Le moteur allumé, à l’arrêt, le chauffage à fond, la cigarette grillée, une fatigue si violente, si pure, qu’on s’abandonne dans le sommeil. La route de nuit s’enneige.

Répondre à tour de brume

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s