m o n . n o m

..

J’entendais mon nom sans savoir qu’il s’agissait de moi. Par déduction à force de l’entendre, quelques furent les autres autour, je compris peu à peu, avec les jours qui passaient et les inconnus qui s’approchaient de moi, les inconnus le restant, qu’il s’agissait bien de moi ; c’était plutôt bien pour commencer à marcher, pour aller quelque part, le plus loin possible : juste entendre flotter le nom qui était celui de la voix de la mère.

.

.

Répondre à m o n . n o m

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s