réveil-douleur

j
 « Unheimlich quand les mères vacillent, elles qui sont seules à se tenir encore entre nous et la dissolution » – écrit Freud dans une lettre à Wilhelm Fliess (3 juillet 1899).


Grèce, Europe; 2 liens du jour  

 

::: Pourquoi c’est très simple, mais pas pour

la raison qu’on vous dit d’habitude

::: greek crisis 

« Unheimlich quand les mères vacillent, elles qui sont seules à se tenir encore entre nous et la dissolution », écrit Freud dans une lettre à Wilhelm Fliess (3 juillet 1899).« Unheimlich quand les mères vacillent, elles qui sont seules à se tenir encore entre nous et la dissolution », écrit Freud dans une lettre à Wilhelm Fliess (3 juillet 1899).s

Répondre à réveil-douleur

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s