dans CHEMINS

une poussière d’enfer

S’il arrivait que le regard embrase tous les détails ne serait-ce pas là une version de l’enfer ? Face à une telle profusion quelle volonté propre pour s’orienter ? À peine exercée elle se retournerait en son intériorité, comme une feuille se racornit. Quelle motivation à y exercer une quelconque puissance puisqu’aucun manque ne serait à combler, moins encore à inventer. Pourquoi se rendre en un point ? Le centre toujours démenti imposerait son mirage dont la vitesse d’exécution délierait enfin corps et esprit sans le moindre discernement.
En échappée belle ici-bas l’exil à la montagne serait un cadre suppléant amicalement notre cécité. Le soleil ou la neige y sont trop intenses. l’horizon déplié sans aucune ligne droite à laquelle se tenir largue vite l’esprit. À y résider l’humble travail de nain s’impose et le temps file, les saisons se répètent à intervalles perplexes. L’air vif tranche la rugosité matérielle du lieu et on cèderait facile aux visions naïves à décomposer le monde par ses parties: au sommet, de ce point de vue qui oscille, le paysage est une miniature ou l’homme n’existe pas, n’ayant définitivement rien à dire au monde.

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s