dans CHEMINS

intervalles

Ce n’était pas si grave. il aurait fallu revenir sur ses pas, abandonner ce qui attendait, s’arrêter un moment, ne pas avoir peur, s’arrêter toujours. Ce serait parfait. Souffler.
Commencer, ne plus continuer ainsi le chantier. Se répéter tout, préciser, se persuader d’une seule chose, sans souci d’importance, de place, ni de haut ni de bas. L’idéal serait de ne plus réfléchir à rien. Reprendre. Sans arriver à bout de la fin rapprocher les commencements de leurs fins. Réduire la voilure. Afin que rien n’avance et que tout change, les fins remplacées par des recommencements. Désengorger. Laisser beaucoup d’espace entre tout, les vagues les unes sur les autres, au temps qui tourne dérouté.

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.