s’arrêter

S’y arrêter un instant, s’arrêter sur le trottoir très peuplé, avec des gestes maladroits, une agitation à tuer, s’immobiliser vaille que vaille, croisement des allées et venues, prendre sa place, s’intercaler entre personne, gagner du temps. Brèves et claires articulations du chaos détachées comme jamais apparaissent et subsistent un temps, superbe ignorance de notre présence. Recommencer à marcher, tout n’est pas si mal bien que rien ne séduise ou ne provoque, vaquer dans sa grotte à ciel ouvert, le nez en l’air on dort, tout arrive et rien ne se passe, encore il y a quelques temps c’eut été décourageant, catastrophique ; on aurait imaginé rejoindre la vie par des figures d’équilibriste – tomber étant la seule façon de voler. Ce manque de nerf, cette façon de se vider, mal couché entre un corps transparent et un autre menacé dans sa chair.

Répondre à s’arrêter

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s