SANS SUITE XXV

 

Errance mentale, significations embourbées pour trois fois rien, s’arraisonnant en butant, poussant des charriots en déroute, labeur insensé sans fin. Un drapeau planté seul sur un terrain désert, souffler dessus, espoir d’autant plus qu’il n’y a rien d’autres, une grue dans le désert qui ressemble à la carcasse d’un rêve de défoncé.

Dire si facilement n’importe quoi et se retrouver à danser, dans les bras un singe sans patte.

Grande élucubration de porcelaine qui tombe toute seule au moindre éclat de rire.

Le conservateur, pitoyable surhomme énervé, par pleine lune jette hors de son tamis de grosses pierres molles à la nuit amie.

En plus l’amnésique dormait et barrait toute la bouche du puits.

Les jours qui restaient ont brutalement fini de se cumuler.

Les lendemains de plus en plus difficiles à faire disparaître.

Ce visage sidéré, qui plonge, ce corps qui s’enfonce, auquel je n’étais jamais arrivé à donner un nom est maintenant oublié.

bernard-plossu

Répondre à SANS SUITE XXV

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s