par les machines surgies de nos têtes

 

« La posture panique

Visible dans toutes les figures

De l’oeuvre de Grünenwald, la tête renversée

Qui dégage la gorge et souvent expose le visage

à une lumière aveuglante

est la manière paroxystique qu’ont les corps de dire que

la nature ne connaît pas d’équilibre,

mais enchaîne à l’aveuglette

les expériences brutes,

et comme un bricoleur insensé

démantèle ce qu’elle vient de créer.

Tester jusqu’où elle peut encore aller

est son seul but, germer,

proliférer, se reproduire, en nous et par nous aussi, et par

les machines surgies de nos têtes

en un chaos universel ».

W. G. Sebald, D’après nature, poème élémentaire, Actes Sud, P.24

le-retable-disenheim-musee-dunterlinden-matthias-gru%cc%88newald

 

Répondre à par les machines surgies de nos têtes

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s