sans suite XXI

 

Les armatures sont posées: il manque le sable le ciment les pierres l’eau pour les remplir. Derrière, tout autour, entre deux fractures, prospèrent les figurines de plâtre. Le passé resplendit comme jamais, sans témoin.

*

L’heure de la plus grande crapulerie roule, attend notre vrac, sans option dernier choix kamikaze, rien n’avait pu changer. Le jour sur la place se refera, des maisons autour se construiront, îlots d’errance, de soleil ras, doutes paresseux, esclavage soft, tombes profanées. Passés maîtres en pénurie.

*

Il occupe par la parole les places vacantes qu’offre le monde, les ruines des salles de cinéma sont promises à un grand avenir, Mister l’Aura fait des affaires.

*

Découpé par la lune couchante, il s’enfonce dans le happy-end, à faire durer coûte que coûte. Exténué, désenchanté il parvient à revenir téter au berceau des ruines. Séquence d’un entre-deux, refuge avant extinction.

*

D’une grisaille de plomb. Tant d’autres comme lui avaient pris leur envol vers le soleil. Jusqu’à la plage, se découvrant au paradis d’un premier jour crocodile, en l’incroyable de cette condition, jusqu’à s’y enfermer dedans au soleil couchant, derrière la banlieue grise le courant électrique en panne.

*

Sandwich de l’histoire, mité par les choses, voyages digestifs dans l’espace, dans l’espace le temps passe, pauses et arrêts s’enfoncent en temps mort, intermittence de silence sidérant, chute dans les débris.

*

Les rois renaissent dans un désert festoyant.

 

laying-out-2015-julie-blackmon

Une réponse à sans suite XXI

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s