memories of a dog

Daido Moriyama, (Self-portrait), Paris, 1989

« Un voyage solitaire et narcissique ne fait qu’aggraver le vide qu’on ressent une fois rentré. Suivre mentalement une route illusoire est comme une lettre d’amour sans destinataire ».

(Daido Moriyama, Memories of a Dog, Nazraeli Press, 2004).