être à l’heure

De toute façon j’étais essoufflé. Alors je m’arrêtais, perdant encore du temps, n’en ayant déjà plus, entamant péniblement un autre, obligé, à bout de souffle, d’avouer que ce quartier urbain m’était parfaitement inconnu. Comme si ce fut ma dernière chance je levais les yeux au ciel, un point semblait gonfler tout en s’éloignant, une cabine sans air, transparente, où grossissait un oiseau sans aile. Sur le trottoir un rocher n’offrait d’autre passage que d’être traversé, c’était trop tôt, trop tard.

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s