Andrei Tarkovsky et sa mère, Maria Vishnyakova
Andrei Tarkovsky et sa mère, Maria Vishnyakova

le couchant patine la vieille souche, un scarabée d’or tape sur mon front, le verre d’eau se renverse, le vent souffle disperse les feuilles, l’histoire est un hiver               

un commentaire

  1. Cette photographie, quelle merveille, les larmes de la vie troublent ma conscience de mortel. Un instantané au bord du monde. Un pur moment de contemplation à mes yeux. Une sorte de parenthèse, si vous voulez. Il n’est pas question de deux temps trois mouvements, Il y a un mystère derrière ça.

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.