déplacé

Exposure Error (Descriptive Title), Walker Evans,Mes flics coulent un béton qui n’a jamais durci, qui coule et qui gèle, s’échauffe et encercle, embrume. Les orties poussent sur la terrasse, le barbelé du voisin est défoncé, de sa maison qu’on voit pas on entend s’envoler les corbeaux. J’endors les corneilles qui picorent à mon verre, j’attends l’empreinte, l’à-côté que laisse ma lecture d’une narration plate et monotone, je me retourne, je marche dedans. Dépassé un certain seuil d’ennui, on se retrouve déplacé sur un matelas gonflable increvable, en suspens entre plafond et plancher, puisqu’il n’y a pas d’eau, on laisse le rideau pendre, se prendre au vent. On évite les araignées si discrètes, les énormes, on ne bougera pas, aux moindres choses sont déléguées les actions, le cours du temps, l’espace que prend la pièce, le jardin la ville, on ne bougera à moins que le toit de la maison nous soit tombé dessus.

Répondre à déplacé

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s