boue d’éclat lunaire

Alors que Tchouang-Tseu pêchait à la ligne dans la rivière P’ou, le roi de Tch’ou envoya deux de ses grands officiers pour lui faire des avances.

« Notre prince, lui dirent-ils, désirerait vous confier la charge de son territoire. » Sans relever sa ligne, sans même tourner la tête, Tchouang-Tseu leur dit :

« J’ai entendu dire qu’il y a à Tch’ou une tortue sacrée morte depuis trois mille ans. Votre roi conserve sa carapace dans un panier enveloppé d’un linge, dans le haut du temple de ses ancêtres. Dites-moi si cette tortue aurait préféré vivre en traînant sa queue dans la boue ?

—            Elle aurait préféré vivre en traînant sa queue dans la boue, dirent les deux officiers.

—            Allez-vous-en ! dit Tchouang-Tseu, je préfère moi aussi traîner ma queue dans la boue.

Chapitre XVII du Tchouang-tseu (traduction Liou Kia-hway)

Répondre à boue d’éclat lunaire

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s