noctuelle & bruit de fond

se lever se coucherCloué au lit, au fond de la pièce le lit, un diode au-dessus de l’épaule qu’un papillon de nuit cogne, à répétition, vrille, réapparaît alors que le vent secoue, la pluie gifle les fenêtres, le jour est gris, papillon intrus impossible à capturer, inconcevable à tuer et dont il faut tout de même se débarrasser. Un drap tiré sur la tête sur le champ, c’est ainsi que les papillons de nuit disparaissent. Le lait cognac au miel couronne le réveil.

Parti dès le soleil couché en sieste inopinée dans un arbre transi sous traine de ciel où les flocons volent vacillent — vous vous réveillez alors du silence, revenu loin de tout sur les trois heures du matin quand résonnent des discussions inaudibles et des rires et dont vous vous dites que c’est l’unique bruit de fond au silence, celui qui rappelle et signe votre appartenance, et si, de l’autre coté de la terre, vous êtes presque mort, ici vous marchez encore, où diable descend t-on?  Dans la minuscule chapelle en milieu de forêt où nous étions tombés, porte entrouverte et toit défoncé, du jeu des ombres et du soleil rasant nos yeux brillaient d’une béance qu’ils tentaient d’attraper, n’en revenant pas. L’avenir, plié du coté de l’absolu était décidément très loin, sans répit, des forêts de branches se fracturaient aux bourrasques, on croyait voir cligner un point, des feux de voitures pris pour des yeux de grands cerfs, une route, un chemin, assez de vent pour fuir, sans se presser, sans être vu, filer tête la première sur le dos.

Mots inatteignables, volés, perdus, vendus aux mieux-disant, qui valent moins qu’une ombre, mots à dire ce qui n’existe en somme qu’en esprit, à le faire exister, au troisième petit tour d’incursions-excursions, las de tendre l’oreille aux messes basses et la joue aux perturbés, de se cogner aux échafaudages bancals de murs disparus, l’esprit abandonne, va dormir, vaincu par le hasard qui l’a si bien servi, ouvre la porte aux brisées des cauchemars, aux nuits réparties à toutes heures du jour qui rage ronge l’épais vernis craquelé, et s’affaler aux siestes cotonneuses, une jambe sans pied fait l’affaire au silence.

Convoqué au maximum de choses possibles, les ramasser déjà, se rendre aux rdv éternellement ajournés, etc., en s’attachant sans peine à suivre la pente de la plus grande lenteur, à la vitesse où penser est sans importance ; qui s’emboîte perfecto à la perte de sens du filet vide des mots — appelé, réveillé au secours pour nourrir de paille les chevaux des chevaliers arrivés tard.

Site dEmanuele de Raymondi

Répondre à noctuelle & bruit de fond

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s