pas vraiment là

Pierres, eaux – unies par le feu, vitrifiées — un serpent gelé, ses yeux : une pâte molle écaillée, un regard aveugle éclairci, transparent et laiteux, une mue parcheminée, oreiller soleil brumeux, nuages épineux, plusieurs nuits à attendre et  plusieurs hivers encore, jusqu’à la neige, sommes encore dans les limbes, creusant dans le reflet.

2 réponses à pas vraiment là

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s