(Srdjan Valjarević – bis)

 

Les solitudes sont comme les fournis de la vie. À 20h30, je bois mon thé dans un café et j’observe les gens. La solitude est la seule à être toujours là, travailleuse, appliquée jusqu’à l’ennui, tenace jusqu’à l’ennui, parfois pénible, parfois agréable, et exactement comme la fourmi de la vie, elle travaille et travaille, seule petite chose dans le cerveau. Elle fabrique quelque chose, pénible ou agréable, mais elle le fabrique. Une impression. C’est ce qu’elle fabrique. Ce qui n’est pas peu. La solitude est la fourmi de la vie. Cette fourmi a fait que le thé est si agréable, et la cigarette aussi. C’est cette fourmi qui va s’occuper de la soirée, elle va l’organiser et tout mettre en ordre, la soirée entière, jusqu’au sommeil, là ce n’est plus son domaine. Là est là, là il n’y a pas de fourmi.   Srdjan Valjarević, Journal de l’hiver d’après, actes sud, p. 176

Répondre à (Srdjan Valjarević – bis)

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s