maison

 

Grands zonards du ciel aux trajets lents et tortueux les corbeaux dérèglent les horloges, les enfants ne sont pas rentrés, au milieu des vieilles pierres la nuit abrasée de soleil, mémoires gravées ouvertes la nuit ensevelies et balayées, solides et liquides, peuplant le halo des jours, qui lui avait prédit il y a si longtemps qu’il ne reviendrait pas ?

Répondre à maison

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s