notre propre saleté à la figure

 

« Les rédacteurs des journaux ne sont que des salauds, ai-je dit. Mais aussitôt après : qui nous jettent notre propre saleté à la figure. Au fond, le monde que nous montrent les salauds des journaux est le vrai, ai-je dit. Le monde imprimé est le monde réel, ai-je dit. Le monde de saleté imprimé dans les journaux est le nôtre. Puis j’ai dit : l’imprimé, c’est le réel et le réel n’est plus qu’un réel supposé. » (T. Bernhard. Extinction).

 

2 réponses à notre propre saleté à la figure

  1. Merci pour cette vidéo avec l’excellente analyse de Thomas Bernhard (mais quelle date ?) : tout le philosophe est là, avant que son passé nazi (qui donne la nausée) n’ait été finalement révélé, malgré les dénégations de ses fidèles indécrottables.

    Réentendre Pierre Bourdieu fait également plaisir.

    Tout ceci m’a fait repenser au grand film intitulé « Anna Harendt » dans lequel Heidegger apparaît à ses côtés…

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s