dans l’empreinte

La surface du puzzle s’est accrue jusqu’à épouser la moindre anfractuosité du dernier point visible. Puis le regard revient, s’attarde au plus petit point, se pose à portée de main, il croise Daedalus égaré creusant son labyrinthe pour s’en évader, revenir au plan. Pas la moindre seconde à perdre, pourtant il n’y a aucun temps en réserve, le temps qu’il imagine n’existe pas.

Par nuit claire quatorze milliards d’années dorment au fond des yeux. Les calculs nous dépassent, cinq à dix milliards d’années resteraient encore pour épuiser la connaissance de l’univers observable.

Répondre à dans l’empreinte

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s