s’allier

Le journal (intime) engendre du continu et de l’infini. Par la porte dérobée repose un éclat de verre dépoli, la lumière est sans angle, le corps tournoyant. Le journal donne sa lecture au jour. Les lignes du journal s’écrivent sans lecteur, ne sont pas faites pour être lues, le blanc les devance. Le blanc est le premier lecteur. Le lecteur d’un journal suit pas à pas une ombre qui superposée à sa propre ombre la délimite, rendue vivante à la pleine nuit.

Répondre à s’allier

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s