rire de rien

Il y avait toujours à nouveau des nuages, malgré le solstice bientôt, les pires nuages étendus indémêlables et si bas. La pluie en a assez. Sous les paupières la brume fraîche épouse un caillou lisse. J’ai laissé beaucoup de temps errer tout en remontant la terre des éboulements, à creuser dans des buttes trouver où dormir, payé mon tribut, cherché dans les rêves où se rendre au matin, à donner des forces à mes jambes pour tenir me lancer. Pourtant d’avoir ignoré que la lumière s’était éteinte, que l’existence est sans raison. N’en étant pas plus avancé, ce qui ma foi, pour cela même, fait ma raison désormais. Le vent qui soufflait amplifie le silence.

%22Saint- Francis Church, Rancho De Taos, NM, c. 1950 -Ansel Adams (1902-1984)

Répondre à rire de rien

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s