dans TRAVAIL

tripálĭum

J’ai eu très longtemps de la difficulté à m’adresser à des collègues et plus généralement à des gens au travail. Je supporte toujours aussi mal le travail, le temps perdu, mais j’ai définitivement renoncé à le prendre au sérieux. Ainsi j’échange maintenant comme avec moi-même tout en constatant un dédoublement, qui m’accompagne, que je vois disparaître pendant que je m’assieds sur le banc.

Sebastião Salgado  En remontant la Serra Pelada mine d'or, Brésil, 1986.

un commentaire

  1. « Travaillez, travaillez, prolétaires, pour agrandir la fortune sociale et vos misères individuelles, travaillez, travaillez, pour que, devenant plus pauvres, vous ayez plus de raisons de travailler et d’être misérables. Telle est la loi inexorable de la production capitaliste. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Lafargue

    « O paresse, mère des arts et des nobles vertus, sois le baume des angoisses humaines ! »

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.