Het Joodse bruidje, « La Grande Mariée juive » – ou « Esther » ou « Minerve » ou « Une sibylle » ou « Saskia »

*
Saskia, sa femme, mourut jeune, en 1642, l’année même où Rembrandt peint la Ronde de nuit. 

Rembrandt, Het Joodse bruidje – 1667

Terre d’homme, au ciel des consolations de n’y rien voir, plutôt d’une hauteur de chien, la pièce, une véranda de pierres, les visages, le port des têtes, les têtes suspendues, le foyer de l’ombre, l’oeil corps à incandescence, à deux mains qui se touchent, deux autres bercées, le sol est un plateau, trois mains ensemble, basculent, la main d’en bas, du milieu, la première, feuille se donne, la mort l’amour côtoient, l’axe est d’autre chose, l’insouciance sauve le malencontreux, les maladresses tellement aveugles, la lumière bruisse.

*
Série Eau forte, son père-  « Vieillard chauve de profil, tourné vers la droite »

2

Répondre à Het Joodse bruidje, « La Grande Mariée juive » – ou « Esther » ou « Minerve » ou « Une sibylle » ou « Saskia »

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s