Der Leiermann

Der Leiermann

Drueben hinterm Dorfe steht ein Leiermann
und mit starren Fingern dreht er, was er kann.
Barfuss auf dem eise wankt er hin und her
und sein kleiner Teller bleibt ihm immer leer.

Keiner mag ihn hoeren, keiner sieht ihn an,
und die Hunde knurren um den alten Mann.
Und er laesst es gehen alles, wie es will,
dreht, und seine Leier steht ihm nimmer still.

Wunderlicher alter, soll ich mit dir geh’n?
Willst zu meinen Liedern deine Leier dreh’n?

Le joueur de vielle

Là-bas, derrière le village, il y a un joueur de vielle
Et de ses doigts gourds il joue ce qu’il peut.
Pieds nus sur la glace, il va chancelant ça et là
Et sa petite sébile reste toujours vide.
Nul ne daigne l’entendre, Nul ne le regarde
Et les chiens grondent après le vieil homme.
Mais il laisse tout filer,
adviennent que pourra, il joue, et sa vielle jamais ne se tait.
Étrange vieillard, dois-je aller avec toi?
Voudrais-tu faire tourner ta vielle pour mes chants ?

(trad:  Gil Pressnitzer)

Répondre à Der Leiermann

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s