Saul Leiter, 1923-2013

Saul Leiter  Graffiti Heads 1950

J’ai un grand respect pour le désordre, le jugement le plus sérieux que je peux avoir sur mon travail, c’est qu’il est inachevé et c’est l’inachevé qui m’attire.

J’ai toujours pensé que je voudrais simplement être oublié et disparaître de la vue. J’ai passé une grande partie de ma vie en étant ignoré. J’en étais très heureux. Être ignoré est un grand privilège. C’est ainsi que j’ai appris à voir ce que d’autres ne voient pas et à réagir à des situations différemment. J’ai simplement regardé le monde, pas vraiment prêt à tout, mais en flânant.

Saul Leiter  parapluie rouge ca. 1958

Quand j’écoute Vivaldi ou de la musique japonaise ou que je fais des spaghettis à 3 heures du matin en me rendant compte n’avoir pas la sauce appropriée, la gloire est d’aucune utilité.

Pour construire une carrière et réussir, il faut de l’ambition. Je préfère de beaucoup boire du café, écouter de la musique ou faire de la peinture quand j’en ai envie.

S Leiter, ambition

Je dois admettre que je ne suis pas un membre de l’école de la laideur. J’ai un grand respect pour certaines notions de beauté, même si pour certains, c’est une idée ancienne. Certains photographes pensent que, en prenant des photos de la misère humaine, ils se penchent sur un problème grave. Je ne pense pas que la misère est plus profonde que le bonheur (…) Voir est une entreprise négligée

Saul Leiter- party

Je n’ai pas de philosophie. J’ai un appareil photo. Je regarde dans le viseur et je prends des photos. Elles sont des fragments de possibilités infinies (…) Il me semble que des choses mystérieuses peuvent prendre place dans des lieux familiers (…) Il est fort possible que mon travail représente une recherche de la beauté dans les endroits les plus prosaïques et ordinaires.

©Saul Leiter.

Une touche de confusion est un ingrédient souhaitable. J’aime quand on n’est pas certain de ce que l’on voit. Nous ne savons pas pourquoi le photographe a pris une telle image. Si nous regardons et regardons encore, nous commençons à voir et nous retrouvons avec le plaisir de l’incertitude (…) ce n’est pas où cela est, ou ce qui se passe, mais comment vous le voyez.

Scène de rue , Saul Leiter, 1959

Je suis un photographe à reculons

snowy-saul-leiter

En réalité, je n’avais pas été préparé à vivre par moi-même dans ce monde

Saul Leiternous allons prendre la route

le miroir n’est pas mon meilleur ami

saul leiter, nude

4 réponses à Saul Leiter, 1923-2013

  1. Pellerin

    Merci Jérôme,
    cela tombe à pic ce soir à Castiglioncello entre feux de bois et vent marin, isolés du reste du monde et dedans

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s