l’errance, l’ennui

Stranger Than Paradise (VOSTFr.) /Jim Jarmusch / 1985

L’errance, tout court. « À vouloir se rejoindre parfois on se perd »

  _______________________________________________________________________________

in Peter král, Notions de base, éd. Flammarion, p 196:

L’ennui

 Seulement dans la paresse nous nous approchons de Dieu – et lui ressemblons –, en nous arrogeant le droit de perdre du temps qu’il nous dénie jalousement. La fainéantise est un luxe, elle libère notre être à l’état pur, soudain dégagé du flux des travaux, des activités, des devoirs à remplir, à l’image de l’immobile substance dont nous sommes des pousses frétillantes. Fainéantise, ou séjour dans et avec l’ennui : plus nous nous languissons et bayons au corneilles, plus nous plongeons dans l’être en soi et le remuons en nous à l’égale de la substance d’origine, avant que, par ennui, elle n’ait décidé de nous engendrer et de s’amuser un peu de nos allées et venues. À notre tour, nous retrouvons dans l’ennui un peu d’unité première et l’explorons tautologiquement de l’intérieur, voulant à la fois tout et rien de précis, devinant partout alentour des chances inconnues sans nous laisser tenter par aucune. Il suffit de voir Laurel alors qu’il reste un moment seul, sans Hardy, dans la cabine d’un yacht : tantôt il commence à pleurnicher et tantôt il arbore un sourire d’idiot, à peine il entreprend l’examen d’un nœud de bois que, déjà, il se gratte la tête d’un geste perdu. Nul doute qu’il est alors divin, si magistralement il s’ennuie…

L’aptitude à l’ennui est certes aussi un art, qu’il faut d’abord acquérir et qui n’est pas donné à tous. Le plus important est de traiter l’ennui avec patience, de le prendre pour une chance sans l’esquiver, ou même se mettre par ennui à faire quelque chose. Ne pas s’ennuyer avec lui, bien au contraire : s’y plonger et le développer comme tel, par un honnête tournoiement à l’intérieur du cercle où il nous enferme. Ne pas plus chercher à bêcher le potager qu’à écrire un poème, ne se battre pour rien ; éviter de se priver, sous prétexte de libération, du peu qui nous est donné. Il suffit de varier un peu la façon dont on fait tourner le verre et sonner les glaçons au fond, de glisser à nouveau du regard sur le titre du livre qu’on ouvre pas. Il va de soi que nous en serons punis, toute société parvenue à l’art subtil de l’ennui a dû périr impérativement. Même dans un village perdu, désormais, pend avant les vacances une affiche avec la menace des amuseurs locaux : « cet été, vous n’arriverez pas à vous ennuyer ». De nouveau il nous faut nous asservir, nous rappeler à l’ordre et nous soumettre au maître jaloux. 

Une réponse à l’errance, l’ennui

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s