« Et les images s’abaisseront jusqu’au sol »

Les muses reviennent sur le lieu des méfaits, changent nuit en soleil, écart minime, promenade des ombres dans la cour, le rythme écarquille les yeux, la répétition déplie sa ronde, les hurluberlus reprennent le balai comme pour la première fois ; tu avances ou c’est plutôt le paysage qui avance quand après des heures de train, à l’arrêt dans une gare, tu crois décoller quand c’est le train dans l’autre sens qui se fait la malle : tu rages prêt à croire avoir été trompé et qu’on te fait reculer. 

Répondre à « Et les images s’abaisseront jusqu’au sol »

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s