insomnia ∼ 3

 

Il traîne, l’humeur sombre et avachie, dispersé, l’insomnie n’est pas visible au début, l’insomniaque se répète, s’emporte, les nuits s’accumulent, il devrait être fatigué, chaque heure comptée ralentit le film, dérègle la succession des jours, les jours sont dépassés, couverts d’histoires sur images fixes, de flèches et commentaires épars. En plein jour il fouine un indice du rêve, son utopie en loque, en jeans dsquared. L’insomniaque n’a pas seulement raté son train, il ne sait plus où est la gare. Son image dès l’aube s’efface, mêlée aux remblais, le chemin s’allonge.

(2 commentaires)

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s