amorce des jours

Il se précipite, avance envers et contre tout, tente de pénétrer, pénètre, n’avance pas, avance, il n’en ressort qu’un double, approche impossible.

Le mieux ? derrière nous, définitivement. Impitoyable, rieur, si nous nous retournons.

Ma patience a des limites. J’apprends que je suis arrivé trop tard.

Mes addictions multiples pour croire que je vis, fiction qui m’en fait voir. Quand par chance souffler un peu, l’ennui les emmerdes font préférer l’ombre. Un faible pour les pensées qui viennent à percer dans le noir. Une grande ombre s’étend, se retenir aux murs.

Quand peur du silence et pire d’un bruit venant le fendre, d’un silence plus grand encore. Bruit de fond (pour autant qu’on le suive) qui unit le chaos.

Le défilement d’informations dans nos têtes, la facticité de ce défilement : quelle taille a le monde ?

Il n’avait pas remarqué que derrière, dans la photo, il n’y avait rien.

La plupart des films ne sont vraiment bons qu’aux écrans sur les étagères des supermarchés. Le film « orbite désaxée » attire une grande foule de figurants anonymes. Moteur !

C’est quoi « post-révolutionnaire » ? (chercher sous le réverbère)

Durant ce jour où la pluie givre je vais créer de futurs souvenirs.

Colère, rudesse. Vie rongée, obtuse. Ce que je veux c’est au moins m’absenter mais c’est la rage qui l’emporte de ne plus m’absenter.

Il écrase son portable, le lance par la fenêtre, dans la mer : il sonne encore. « Assis » dit le téléphone fixe à son portable. Les sirènes peignent les vagues.

Quand sur le net tout ce qui s’écrira aura épuisé le possible, sauf la fin, la fin des nouvelles du monde.

Beau dire, ou taire, à continuer comme ça les robots ne vont plus pouvoir assurer…

Les métamorphoses de la salamandre aveugle du Texas (Eurycea rathbuni)

Ce caillou est descendu intacte des sommets. La caresse de la rivière en fait son sable. Les nuages traversent la montagne.

Le seuil est une ride d’éternel. Derrière la porte les ruines, autour d’elles le béton. Sur le seuil le sable, la terre, les feuilles, la pluie, la neige, la pierre.

Répondre à amorce des jours

Commentez ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s